top of page

L'histoire vraie et réconfortante de soldats canadiens qui ont sauvé un petit garçon italien pendant la Seconde Guerre mondiale.

Par Martin Zeilig

 

Photo Credit: Martin Zeilig

Un nouveau docudrame canadien, Gino : Un enfant de la guerre, est une incroyable histoire d'espoir et de bonté.

Ce film d'une heure a été présenté en avant-première à Winnipeg devant 260 personnes au Centre Centro Caboto (1055, avenue Wilkes) le 22 octobre.

Le Royal Military Institute of Manitoba a coparrainé la projection.


Alan Parkin, membre du RMIM, a joué un rôle important dans la promotion de la projection du film.


Le film, dont l'idée revient au colonel (à la retraite) Tony Battista, a été produit par l'historienne Karen Storwick et le réalisateur Robert Curtin du Combined Forces Production Collaborative.


Leur mission est de faire revivre l'histoire de la guerre au Canada par le biais de récits captivants, comme l'indiquait un article antérieur de CTV sur le film -- Un film réalisé à Calgary raconte l'histoire des soldats canadiens qui ont sauvé un orphelin italien pendant la Seconde Guerre mondiale (16 octobre 2023).


Le film est basé sur le livre Il Bambino in Divisa (Le garçon en uniforme), écrit par l'historienne et auteure italienne Mariangela Rondinelli, qui est également interviewée dans le film. 


Le colonel (retraité) Battista et M. Curtin étaient tous deux présents lors de la projection du film ici.


Gino Farnetti Bragaglia était un garçon italien de 5 ans, orphelin et abandonné pendant la Seconde Guerre mondiale.


Il a été trouvé, nourri et soigné par des soldats canadiens "pendant la poussée des Alliés" en Italie en 1944.


"En 1983, Gino, alors âgé d'une quarantaine d'années, reçoit une étrange lettre accompagnée d'une vieille photo de soldats canadiens.


"En lisant le nom de LLoyd 'Red' Oliver, une lumière jaillit en lui. Il se souvient de ce nom... 'Red' était l'un des soldats canadiens qui s'est occupé de lui pendant la guerre après qu'il ait été trouvé égaré à l'âge de cinq ans dans une carrière près de Torrice, au sud de Rome. Gino est soudain ramené à son passé oublié, ce qui l’incite à redécouvrir la vérité sur ses origines."


Oliver était originaire de la communauté agricole de Mineota, dans l'ouest du Manitoba. Les autres membres de son unité étaient également originaires de la région rurale du Manitoba.


Plus tard, Gino a fait le voyage d'Italie au Canada pour rendre hommage au groupe de soldats canadiens qui lui ont sauvé la vie alors qu'il n'était qu'un enfant.

Dans le film, Gianni Blasi, professeur de littérature anglaise à la retraite, qui a la double nationalité italienne et canadienne, explique que les soldats ont démontré la "manière canadienne".


Il définit la "manière canadienne" comme le fait de mener des guerres "avec humanité, en reconnaissant le coût humain et en essayant d'améliorer les choses".

"Les Canadiens montrent les valeurs canadiennes sur un théâtre de guerre, et c'est ce que ces hommes ont fait pendant la guerre", a déclaré M. Curtin lors d'un entretien avec The Voxair à l'issue de la projection.


Il a ajouté que Mme Storwick et lui-même réalisent des films qui racontent l'histoire militaire canadienne depuis une quinzaine d'années.

"Elle et moi racontons séparément notre histoire militaire depuis une vingtaine d'années", a-t-il déclaré.


"Elle est historienne et moi cinéaste. Nous avons réalisé de nombreux projets pour la Direction (fédérale) de l'histoire et du patrimoine, ainsi que pour des musées dans tout le pays, afin de raconter l'histoire du Canada, car la plupart des Canadiens apprennent notre histoire militaire en regardant la télévision et les films américains ou britanniques. Dans ces cas-là, même si des Canadiens ont joué un rôle majeur dans les événements, ils sont omis dans les scénarios. Mais elles ne sont pas exclues de ses scénarios et de ceux de Mme Storwick.


"Nous voulons aider les Canadiens dans tout le pays à comprendre le sacrifice, car la liberté même dont nous jouissons a été payée par le sang et le trésor des Canadiens", a poursuivi M. Curtin.


"C'est intéressant parce que j'aime généralement filmer l'action, et ce film n'a rien de tout cela. Il s'agit d'une histoire douce sur la compassion et l'humanité en période de destruction. Je n'étais pas sûr d'être la bonne personne pour le filmer."

"En lisant le livre de Mariangela Rondinelli, j'ai réalisé à quel point l'histoire du petit garçon et le lien avec les soldats canadiens étaient puissants. En lisant le livre de Mariangela Rondinelli, je me suis rendu compte de la force de l'histoire de ce petit garçon et de son lien avec les soldats canadiens.


Le colonel (retraité) Battista, qui a servi pendant 40 ans dans les Forces armées canadiennes, a fait remarquer que le film montre comment le passé peut avoir une signification profonde dans le présent.


"Nous espérons aider les générations futures à comprendre la tragédie de la guerre, tout en montrant au monde que les valeurs canadiennes mettent en lumière ce qu'il y a de meilleur dans l'esprit humain", a-t-il déclaré lors d'une interview avec The Voxair.

Il a ajouté que ces soldats canadiens ont fait preuve d'actes d'humanité qui représentent le meilleur de l'esprit humain.


"Ce qui me passionne, c'est que leur histoire doit être immortalisée et que leurs familles et petits-enfants doivent être sensibilisés aux grandes actions de leurs ancêtres.

Entre-temps, M. Parkin a fait remarquer que le film avait subi de nombreux retards en raison de la pandémie de la COVID. Mais l'attente en valait la peine, a-t-il souligné.

"C'est une histoire merveilleuse. La décence et la compassion dont ont fait preuve ces soldats pendant les horreurs de la guerre sont typiquement canadiennes", a-t-il déclaré.


Meraviglioso!

2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page