top of page

Le pont entre les cultures et la communication : enseignement aux Forces armées libanaises à Beyrouth

Par : capitaine Jennie MacCosham


De grandes montagnes parsemées de cèdres et de neige, une cuisine qui met l’eau à la bouche, des ruines stupéfiantes qui bordent des châteaux anciens, des personnes très chaleureuses… Mon premier déploiement en tant qu’officière des affaires publiques, à Beyrouth (Liban), a été mémorable. Je faisais partie d’une équipe diversifiée de quatre membres des Forces armées canadiennes provenant de différentes régions du Canada. 


Dès que nous avons mis les pieds dans la salle de classe au Collège d’état-major du Liban, nous avons été accueillis par un groupe d’étudiants créatifs, réfléchis et motivés qui étaient vraiment disposés à apprendre de nous. Bien sûr, l’apprentissage s’est fait dans les deux sens. En tant qu’équipe, nous avons travaillé avec diligence pour nous familiariser avec la culture et l’histoire des Forces armées libanaises (FAL), afin de comprendre la structure et la complexité de leur armée. Dans cette optique, nous avons adapté notre enseignement pour pouvoir faire comprendre aux étudiants, par l’intermédiaire de nos présentations, que nous cherchions à comprendre leur mode de vie ainsi que les problèmes actuels qui se propagent dans leur pays.     



Nous avons exploré les subtilités de la communication efficace grâce à des exercices de communication interactifs, à des questions qui suscitent la réflexion et à des entrevues fondées sur des scénarios réels, assorties de questions difficiles qui demandaient de chaque étudiant qu’il réfléchisse de manière critique et fasse appel à sa formation et ses expériences de travail. La salle s’emplissait souvent de rires : nous faisions part d’anecdotes et d’information culturelle, ce qui favorisait un environnement d’apprentissage agréable.


Voici nos accomplissements :


– Nous avons amélioré les capacités de communication des FAL au moyen de quatre cours percutants.

– La formation a commencé par un atelier sur les affaires publiques, suivi d’un cours sur les représentants des affaires publiques d’unité.

– Nous avons outillé des membres désignés des FAL pour qu’ils deviennent des représentants efficaces des communications au sein de leur unité militaire respective.

– Notre technicien d’imagerie a animé une formation sur la photographie et des exercices créatifs pratiques afin d’aider les photographes des FAL à être mieux outillés pour représenter leur armée.

– Nous avons enseigné la formation avancée des porte-parole désignés, ce qui nous a permis de préparer les militaires haut gradés à participer à une myriade d’entrevues avec les médias.



Le dynamisme culturel du Liban a insufflé une énergie unique à nos journées d’enseignement. Lors des pauses, nous nous sommes permis d’avoir des discussions sur l’histoire à multiples facettes du Liban, sur les merveilles naturelles du pays, et sur l’humour et l’esprit dont faisaient preuve les personnes que nous rencontrions malgré les difficultés que continue d’éprouver leur pays. La passion et l’amour des étudiants pour leur pays transparaissaient lorsqu’ils parlaient de leur engagement indéfectible à servir dans l’armée. Ces interactions ont ajouté de la profondeur à notre formation, ce qui a accentué notre estime des FAL et nous a permis de comprendre clairement à quel point ses membres valorisent les relations.


Il est prévu que ce programme soit à nouveau enseigné à l’automne. Je recommande fortement cette expérience à tout officier des affaires publiques ou technicien d’imagerie qui souhaite renforcer ses compétences d’enseignant et de leader dans un pays incroyablement diversifié doté d’une histoire fascinante. Si vous souhaitez être pris en considération, veuillez faire part de votre intérêt par l’intermédiaire de votre chaîne de commandement.



12 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page