top of page

Soirée Hans Wolpe

Pour Lisa Wolpe, partager l’histoire de son père, Hans (John) Wolpe, avec un public est, entre autres, une façon de combattre, selon ses termes, la marée montante des comportements antisémites aux États-Unis et ailleurs.


De gauche à droite : Belle Jarniewski, directrice générale du Jewish Heritage Centre of Western Canada, le lieutenant-colonel Dennis Desrochers, commandant du Royal Winnipeg Rifles, Lisa Wolpe, fille de Hans Wolpe. Debout à côté de la photo de Hans Wolpe, ancien membre du RWR, lors de l’exposition en l’honneur de Wolpe au Campus communautaire juif d’Asper. Crédit photo : Martin Zeilig, photojournaliste de Voxair

Mme Wolpe, actrice, dramaturge et réalisatrice de Los Angeles et de New York, était l’oratrice principale d’une cérémonie, à laquelle ont assisté une cinquantaine de personnes, au théâtre Berney du centre communautaire juif d’Asper, marquant l’ouverture d’une exposition sur son père le 10 novembre.

L’événement était coparrainé par la Jewish Heritage Society of Western Canada et le Royal Winnipeg Rifles. Le lieutenant-colonel Dennis Derochers, commandant du RWR, a également pris la parole lors de la cérémonie.

“La signification de cette soirée est l’incroyable histoire d’héroïsme de Hans Wolpe”, a déclaré le Lcol Desrochers.

“Indépendamment de ses origines religieuses et ethniques, Hans a été accueilli au sein du RWR et ensemble, ils ont combattu le plus grand mal de l’époque, l’Allemagne nazie.”

Né à Berlin, éduqué en France, vivant en Belgique avec sa famille, lorsque les Allemands ont envahi le pays en 1940, note l’information biographique. La famille de Hans Wolpe a péri à Auschwitz.

Il a réussi à s’échapper et à se déplacer sur le continent en utilisant de faux papiers - se faisant passer tantôt pour un Allemand, tantôt pour un Français - tout en cachant sa véritable identité de Juif. Il travaille comme ouvrier en Allemagne, puis retourne en Belgique pour chercher du travail à Bruxelles. Ne trouvant pas d’opportunités là-bas, il se dirige vers la France, avec l’objectif ultime de se rendre en Angleterre.

Lorsque les forces canadiennes assiègent Calais à la fin du mois de septembre 1944, une trêve de 24 heures est décrétée pour permettre l’évacuation de 20 000 civils. Au lieu de rejoindre les autres évacués, Wolpe a traversé les lignes canadiennes en agitant un drapeau blanc.

Il a rencontré des soldats du Royal Winnipeg Rifles, qui ont d’abord pensé qu’il était un espion. Cependant, après avoir convaincu les officiers de ses intentions et proposé de leur montrer l’emplacement des défenses allemandes, Wolpe a été autorisé à rejoindre le régiment en tant que soldat non officiel. On l’avertit qu’il ne sera pas payé et qu’il ne sera pas protégé par les Conventions de Genève s’il est capturé.

Après s’être engagé dans les Winnipeg Rifles, il a adopté le nom de “John” pour avoir une consonance moins allemande. “John” Wolpe a rapidement gagné le respect de ses camarades soldats et ses officiers n’avaient que des éloges à son égard.

Il a combattu avec le régiment pendant six mois, alors que celui-ci traversait la France, la Belgique et les Pays-Bas, où il a été blessé à la jambe par un tir de mitrailleuse à Deventer.

Sa blessure et son hospitalisation subséquente en Angleterre ont causé quelques maux de tête administratifs à l’armée, car Wolpe n’était pas réellement dans l’armée et n’était pas non plus un citoyen canadien. En fait, il n’est citoyen d’aucun pays, car les nazis ont révoqué la citoyenneté de tous les Juifs allemands en 1934.

Wolpe a été autorisé à rejoindre officiellement l’armée canadienne et à obtenir sa citoyenneté à l’automne 1945. Il a été parrainé pour venir à Winnipeg en février 1946 par la filiale General Monash de la Légion royale canadienne.

Après avoir passé plusieurs mois à l’hôpital Deer Lodge pour se remettre de ses blessures, Wolpe s’inscrit à l’Université du Manitoba et commence ses études à l’été 1946.

Sur le plan académique, Wolpe réussit très bien, recevant la bourse Isbister en quatrième année, et il reçoit la médaille du Louvre à la collation des grades pour avoir obtenu la meilleure note en français spécialisé. Il a obtenu une licence de langues avec mention.

Wolpe est entré à Harvard pour ses études doctorales à l’automne 1949. Après avoir obtenu son doctorat, il devient professeur invité à l’université de Tulane pendant un an.

Il a ensuite accepté un poste de professeur à l’université de Stanford, où il a épousé Vera Wendel, une de ses étudiantes, et ils ont eu trois enfants ensemble.

En 1961, Wolpe accepte un poste de professeur de langues modernes au Rockford College (aujourd’hui Rockford University) dans l’Illinois. Le 1er mai 1963, deux ans après son arrivée au Rockford College, le seul membre survivant de la famille Wolpe s’est donné la mort, apparemment abattu par la rupture de son mariage et la séparation d’avec ses enfants l’année précédente.

En 2018, le Royal Winnipeg Rifles Museum a créé une exposition rendant hommage à la vie de leur ancien compagnon d’armes.

“C’était un homme courageux et héroïque qui était vraiment né pour être un érudit”, a déclaré Mme Wolpe.

“Mais, il était aussi boxeur. Il faisait partie de l’équipe olympique belge de boxe. À la fin, il s’est suicidé avec le revolver avec lequel il se battait.

“Je pense donc que le fait d’avoir participé à la guerre depuis l’adolescence jusqu’à la vingtaine et d’avoir vu tant de morts l’a vraiment blessé.”







11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Jeux Invictus 2023 - Dévoilement de l'équipe canadienne

Par Martin Zeilig Le Colonel Aaron Spott, commandant de la 17e Escadre, a déclaré qu'il n'a pas hésité une seconde lorsqu'on lui a demandé, il y a quelques mois, d'accueillir le camp d'entraînement de

Comentários


bottom of page