top of page

Une bande de frères

Alors qu’il attendait d’enfiler son équipement de plongée sur la terrasse carrelée de la piscine, le caporal-chef Kevin Maloway a réfléchi à sa décision de devenir un technicien en recherche et sauvetage.


Formation en plongée des techniciens SAR à la piscine Pan Am Crédit photo : Martin Zeilig, photojournaliste Voxair

Le Cplc Maloway et deux de ses collègues techniciens de R-S du 435e Escadron de transport et de sauvetage - le caporal-chef Matthew Henry et le caporal-chef Gabriel Pintal-Godin - suivaient une formation en plongée intérieure à la piscine Pan Am le 23 janvier. Les autres techniciens de R-S, le sergent Andy Davidson et le sergent Jonathan Boucher-Kovacs, étaient également présents.

Les techniciens de R-S s’entraînent constamment afin que leurs nombreuses compétences deviennent une seconde nature lorsqu’ils participent à une mission de sauvetage.

“J’ai été affecté ici pendant l’été après avoir suivi un cours à Comox, en Colombie-Britannique “, a déclaré le Cplc Maloway, originaire de Winnipeg, marié et père de deux jeunes enfants, qui fait partie des FAC depuis 16 ans. Auparavant, il a été signaleur dans l’armée, puis technicien dans la Force aérienne. “C’est ainsi que j’ai vu pour la première fois le métier de SAR. Je travaillais sur le radar de l’aérodrome et j’ai vu les gars sauter. Je me suis dit que ça avait l’air beaucoup plus amusant que de réparer un radar. “ Il a qualifié la formation intensive de technicien de R-S un expérience incroyable. “Elle dure presque une année complète. Elle commence par quatre mois de formation médicale. Nous devenons des ambulanciers. Ensuite, nous suivons une formation en plongée, mais le COVID a affecté notre année. Nous allons en montagne pour faire du ski alpin, de l’escalade sur glace, du terrain avalancheux, puis nous allons en Arctique pour faire de la survie arctique, de la formation en parachute, de la formation en montagne en été et des systèmes de sauvetage. C’était la chose la plus difficile que j’aie jamais faite. Il n’y a rien de tel. C’est une année assez intense du début à la fin”.

Le caporal-chef Henry, qui est également arrivé à la 17e Escadre en juin dernier, fait partie des FAC depuis 2017. Originaire de l’Ontario et ayant grandi à Winnipeg, il était initialement dans l’infanterie à la BFC Petawawa. “Je suis devenu technicien en recherche et sauvetage parce que je voulais faire une différence et aider, et je pensais que c’était un travail plutôt cool. La meilleure partie est de travailler avec tant de personnes incroyables. Je ferais tout pour aider les gens avec qui je travaille à l’école ou ici.”

Le caporal-chef Gabriel Pintal-Godin, originaire de Montréal (Québec), est arrivé à la 17e Escadre en septembre dernier. Auparavant, il travaillait comme ingénieur des systèmes maritimes pour la Marine à Halifax, en Nouvelle-Écosse. “ J’avais besoin d’un défi “, a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait décidé de devenir un technicien en recherche et sauvetage. “ Quand j’étais plus jeune, j’étais sauveteur et j’ai fait des études collégiales, mais j’ai les abandonné pour devenir ambulancier. Cela a toujours été dans un coin de ma tête. Après avoir parlé à un ingénieur de vol à Greenwood, j’ai réalisé que le métier de technicien de R-S était ma vocation. Il y a tellement de bonnes choses dans ce métier. C’est le meilleur emploi qui soit. Il me donne la possibilité d’aider d’autres Canadiens, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles je me suis engagé dans l’armée en premier lieu.”

Une bande de frères toujours prêts à aider leurs compatriotes canadiens.


2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page