top of page

Girls in Aviation au Musée royal de l’aviation de Canada Occidental

Quelques instants après que Jillian et Meagan aient émergé des sièges étroits de pilote et de copilote dans le fuselage d’un CF-101 Voodoo, elles essayaient leur équipement dans une exposition de l’ARC au Musée royal de l’aviation de Canada Occidental.


Les deux élèves de septième année de l’école Charleswood, âgées de 12 ans, faisaient partie des 140 filles, âgées de 8 à 17 ans, qui ont participé à la journée Girls in Aviation (GIA) le 24 septembre. Les filles étaient accompagnées de leurs parents ou d’autres chaperons.


“Je ne sais pas si je veux devenir pilote “, Jillian a déclaré à un journaliste, dont la mère était avec les deux filles.


“Mais l’exposition de l’ARC est vraiment cool”.


L’objectif de la journée GIA est d’exposer les filles de notre communauté aux carrières dans l’aviation et l’aérospatiale, ainsi qu’aux carrières de l’ARC dans des domaines qui ont été typiquement dominés par les hommes pour leur faire savoir qu’avec la diversité et l’équité, ces carrières sont disponibles pour elles comme pour les hommes, a noté Kristin Long, pilote chez WestJet Airlines et capitaine sur Boeing 737.


Mme Long est présidente de la Northern sphere of Women in Aviation et présidente du comité Girls in Aviation.


“Les filles ont été choisies par le biais de la communication, des médias sociaux et des groupes de guides”, a déclaré Mme Long, qui est également colonel honoraire de l’École de survie et d’entraînement aéromédical des Forces canadiennes, lors d’une interview accordée pendant une pause dans les activités du musée.


“N’importe qui aurait pu s’inscrire”.


Elle a ajouté que l’événement d’une journée entière comprenait des activités artistiques et artisanales le matin, des stations sur le thème de l’aviation et d’autres activités au niveau supérieur du musée.


“Lorsque le programme commence, les filles sont divisées en groupes et se rendent à chacune de nos stations”, a expliqué Mme Long.


“Les carrières que nous avons aujourd’hui sont celles de pilote, d’ingénieur de maintenance d’aéronefs, d’ingénieur aérospatial, d’agent de bord, d’intervenant d’urgence en aéroport, d’agent aéromédical (Medivac) et de CAF.”


La nouveauté de la journée cette année était “l’événement d’accueil” avec les écoles de métiers et de vol et d’autres instituts d’enseignement dans la région, a-t-elle dit.


“Nous avons un certain nombre de filles qui reviennent trois ou quatre fois. “Elles aiment tellement cet événement”.


Le major Mylene Lavallee, qui travaille au Barker College en tant qu’officier des opérations aériennes, a assuré la liaison militaire avec le comité civil de planification du GIA.


“Nous avons un stand axé sur les femmes de l’ARC dans différents métiers”, dit-elle.


“Elles parlent et interagissent avec les jeunes filles. Nous leur montrons ce que nous faisons. Elles peuvent exercer de nombreux métiers différents, et pas seulement celui de pilote ou de technicienne. Nous avons différents uniformes, des bottes, des sacs à dos, des équipements sympas qu’elles peuvent essayer aujourd’hui pour voir comment c’est, et du personnel pour répondre à leurs questions. Le centre de recrutement est ici aussi.”


Pendant ce temps, Jillian et Meagan semblaient s’amuser.


“C’est vraiment amusant”, dit Jillian.


“C’est beaucoup plus intéressant que je pensais.”


Meagan a ajouté : “J’ai trouvé très intéressant de pouvoir entrer dans tous les avions et dans le camion de pompiers (garé sur le tarmac extérieur du musée). C’est cool d’être ici.


J’envisage une carrière dans l’aviation. J’aimerais être hôtesse de l’air”.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Jeux Invictus 2023 - Dévoilement de l'équipe canadienne

Par Martin Zeilig Le Colonel Aaron Spott, commandant de la 17e Escadre, a déclaré qu'il n'a pas hésité une seconde lorsqu'on lui a demandé, il y a quelques mois, d'accueillir le camp d'entraînement de

Comments


bottom of page