top of page

Le 435e Escadron reçoit un prix du CCCOS

Le 435e escadron reçoit le prix du sauvetage du trimestre décerné par le CCCOS

Capt Krystle Sloan, 435e Escadron de transport et de sauvetage

 

Le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage (CCCOS) a reconnu le 435e Escadron de transport et de sauvetage pour son intervention lors d'un incident survenu le 27 décembre 2023. L'équipe de recherche et de sauvetage de service du 435e Escadron a été appelée pour répondre à un écrasement d'avion à proximité de la mine de diamants Diavik, située dans les Territoires du Nord-Ouest, à environ 170 milles nautiques au nord-est de Yellowknife.


L'équipe de commandement de la 1re Division aérienne du Canada (DAC) remet aux membres du 435e Escadron de transport et de sauvetage le prix du sauvetage du trimestre du CCCOS pour leur intervention lors d'un écrasement d'avion dans les Territoires du Nord-Ouest, le 27 décembre 2023. Première rangée (de gauche à droite) : Adjudant-chef de la 1 DAC Dan Campbell, tech SAR Sgt Vincent CBenoit, commandant de l'aéronef Capt Jason Shaw, tech aero Sgt Chris Fortin, commandant de la 1 DAC MGen Iain Huddleston ; rangée arrière : pilote Capt Martin Tuzim, opérateur des systèmes de combat aérien Capt Jeremy Simmonds, mécanicien de bord Cpl Daniel-Lee Trommelen, arrimeur Cpl Cory Steward, technicien SAR Cpl Alexandre Fortin, tech aero Cpl Matt Browning, tech aero Cpl Daniel Van Helvert, tech avio Cpl Gary Marshall, tech avio Cpl Owen Chitohwa, et tech SA Cpl Adil (AJ) Napoles. Le Cplc Matt Henry, tech SAR, n'est pas représenté sur la photo.

 

Après avoir reçu les détails de l'appel, le sergent Vincent CBenoit, tech SAR en chef, a pris la décision d'emmener un troisième tech SAR avec lui pour la mission. Avec un écrasement d'avion confirmé et environ huit personnes à bord, il semblait prudent d'augmenter le nombre de répondants. Cette décision s'est avérée judicieuse, car l'équipe est restée éveillée toute la nuit et s'est occupée de 10 patients!

 

L'équipe d'intervention a passé les trois heures et demie de transit à préparer trois plans d'action possibles une fois arrivée sur les lieux. Les conditions n'étaient pas idéales, avec deux couches de blizzard entre 0 et 1000 pieds d'altitude qui réduisaient la visibilité et créaient des circonstances complexes pour sauter en toute sécurité vers le lieu de l'accident. Comprenant que les survivants ne passeraient probablement pas la nuit sans traitement ni équipement de survie, l'équipe SAR a décidé de sauter en parachute malgré un vent de 48 nœuds qui ne faisait qu'augmenter en direction du sol.

 

Grâce à l'expertise de l'équipage et à leurs compétences en matière de parachutisme, les trois techniciens SAR ont pu atterrir en toute sécurité à moins de 100 pieds du lieu de l'accident. Après avoir trouvé six passagers dans une tente beaucoup trop petite, et quatre autres passagers dans la carcasse de l'avion écrasé qui pendait de façon précaire sur le rebord d'un talus de 25 pieds, ils ont commencé à trier la myriade de blessures allant de l'hypothermie légère aux os cassés et aux problèmes respiratoires, tout cela pendant que le CC-130 Hercules tournait au-dessus de leur tête pour les aider à larguer du matériel et à fournir une image de l'avion.

Avec l'aide de quatre membres du groupe tactique d'intervention (GTI) de Diavik, les techniciens en recherche et sauvetage ont rapidement sécurisé l'avion abattu pour s'assurer qu'il ne serait pas poussé par le vent puissant et qu'il ne causerait pas d'autres blessures lors de l'extraction des patients à l'intérieur. Une fois cette tâche essentielle accomplie, ils ont coordonné le largage de l'équipement du Hercules avant de retourner à la 17e Escadre pour permettre un échange d'équipage. Cette décision stratégique a permis de maintenir la posture SAR pendant les activités de sauvetage en cours.

 

Les techniciens SAR ont ensuite établi des communications avec le CCCOS et ont rassemblé leurs connaissances médicales collectives pour utiliser de manière créative l'équipement limité afin de transférer en toute sécurité deux patients critiques qui étaient incapables de se déplacer eux-mêmes du corps de l'épave vers le camp nouvellement construit.

 

Pendant les 14 heures qui ont suivi, le Sgt Vincent CBenoit, le Cplc Matt Henry et le Cplc Alexandre Fortin ont prodigué des soins critiques aux survivants blessés avec l'aide des membres de le GTI de Diavik. Pour lutter contre l'hypothermie, des tentes arctiques ont été installées pour servir d'abri, et chaque patient a pu manger un repas chaud et boire une boisson chaude. L'entretien continu des patients a été programmé, ainsi que la lecture des protocoles et la répétition des procédures pour s'assurer que la fatigue ressentie par l'équipe de techniciens en recherche et sauvetage n'ait pas d'incidence sur leur capacité à fournir des soins. Les techniciens SAR ont passé la nuit à gérer la douleur, à surveiller les signes vitaux et à communiquer avec le CCCOS toutes les deux heures pour donner des nouvelles des patients et recevoir des mises à jour sur l'extraction.

 

Au matin, l'état de tous les patients s'était amélioré; certains ont même pu aller se promener à l'extérieur et aider à démonter le camp, ce qui témoigne des connaissances médicales et de l'efficacité des techniciens en recherche et sauvetage qui ont répondu à l'appel. Trois hélicoptères A-Star se sont posés à 100 pieds du camp, extrayant huit patients, le cplc Henry et le cplc Fortin lors de la première extraction, et le sergent CBenoit, les deux patients restants et le dernier équipement lors de la deuxième extraction. De là, ils ont volé jusqu'à 20 km au nord de Diavik où tout le monde a été transporté à Yellowknife avec deux avions Dash-7 en attente.

 

Lors de la remise du prix le 7 février, le commandant de la 1 DAC, le Mgén Iain Huddleston, a exprimé son appréciation du dévouement et du professionnalisme des équipages de recherche et de sauvetage, non seulement au 435e Escadron, mais dans l'ensemble de l'ARC. Il a mentionné que bien que ces personnes reçoivent ce prix ce jour-là, il est confiant et reconnaissant que n'importe quelle autre équipe SAR et de maintenance se serait avancée et aurait démontré le même succès et le même professionnalisme si elle avait été en service cette nuit-là. Ce sentiment est souvent partagé par le Lcol Joshua Leveque, commandant du 435e Escadron, qui prend toujours le temps de faire l'éloge non seulement des opérateurs qui mènent directement les opérations, mais aussi de la vaste équipe de soutien technique, logistique et par les pairs qui travaille en arrière-plan pour s'assurer que ces opérateurs ont ce dont ils ont besoin pour réussir et qu'ils peuvent se concentrer sur l'opération à laquelle ils participent.

 

Grâce à ce sens du travail d'équipe, l'escadron 435 est toujours en mesure d'incarner la devise de l'escadron, Déterminé à livrer!

9 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page