top of page

Un opérateur de sonar atteint les 1000 heures de contrôle d’aéronef

La Matelot-chef (Matc) Jessica Silva a atteint une étape que peu de personnes dans son domaine ont franchie : elle a accumulé plus de 1 000 heures dans son rôle de contrôleur aérien de bord (CAS) pendant sa participation à la mission Rim of the Pacific (RIMPAC) 2022 à bord du NCSM Vancouver.


Master Sailor (MS) Jessica Silva Photo: Sgt Ghislain Cotton

“C’était assez excitant, c’est vraiment gratifiant de franchir une étape aussi importante “, a déclaré le Matc Silva.


“Grâce à mes heures de contrôle d’aéronefs, j’ai acquis beaucoup de connaissances que je pourrais enseigner aux autres. J’espère que cela m’aidera à atteindre mon objectif principal, qui est de devenir un SAC d’entraînement en mer.”


Le Matc Silva est le premier opérateur de sonar (Sonar Op), et seulement le deuxième SAC de la côte Ouest, à atteindre 1 000 heures de contrôle. Servant en tant que SAC depuis 6 ans, elle a saisi l’opportunité d’être formée sur le terrain dès qu’elle a été éligible.


“ Cela semblait être le travail le plus intéressant et le plus réel de la salle des opérations “, dit-elle, en rappelant que le choix de suivre le cours découlait de son désir de participer aux opérations aériennes à bord des frégates de la classe Halifax. Pendant les exercices, de nombreux postes de la salle des opérations travaillent avec des données simulées par ordinateur, mais le CAS contrôle souvent l’hélicoptère embarqué.


“Tout ce que vous faites est réel - un vrai hélicoptère, de vraies personnes, une vraie mission - rien n’est prétendu “, a-t-elle ajouté. “Il y a rarement un moment ennuyeux dans ce travail”.

En mer, le CAS est le principal lien entre le navire et son hélicoptère embarqué. Les contrôleurs aériens donnent à l’équipage un briefing pré-vol contenant toutes les informations dont il peut avoir besoin pour accomplir sa mission. Lorsque l’appareil est en vol, le CAS est responsable du contrôle tactique de l’hélicoptère, ainsi que des aéronefs maritimes à voilure fixe. Le rôle est ouvert aux opérateurs des métiers de la marine, notamment opérateur de sonar, opérateur d’information de combat de la marine et opérateur de capteur électronique de la marine. Le travail est similaire à celui d’un contrôleur aérien, mais les SAC assurent également le contrôle radar ou tactique lorsque les équipages aériens sont incapables de détecter les menaces.


La MS Silva est titulaire de la catégorie SAC B de l’OTAN, la deuxième catégorie la plus élevée possible pour un contrôleur de la marine, et une qualification reconnue au niveau international - elle est extrêmement proche d’obtenir le statut A de l’OTAN. Le fait d’avoir une expérience en tant qu’opérateur sonar a rendu la formation plus difficile - c’est l’un des rares métiers des opérations qui n’utilise pas le logiciel informatique nécessaire aux SAC pour faire leur travail - le MS Silva a dû apprendre à s’y retrouver tout seul afin de suivre la formation.


“Cela peut être un défi en tant qu’Op Sonar remplissant le rôle parce que je n’ai pas été formée sur le système de gestion du combat comme le sont les autres métiers des opérations”, explique-t-elle. “J’ai presque dû apprendre deux choses à la fois”.


Se souvenant de cette expérience, le Matc Silva a commencé à étudier pour le cours SAC trois mois avant d’y participer et a continué à chercher des connaissances depuis.


L’achèvement du cours SAC permet d’obtenir la note D du SAC de l’OTAN, mais pour continuer à progresser, il faut suivre un programme de formation approfondie et passer un examen intensif.


Le défi en valait la peine, car au cours de sa carrière, le MS Silva a contrôlé des hélicoptères de plusieurs alliés de l’OTAN, ainsi que des hélicoptères CH-124 Sea King et CH-148 Cyclone embarqués. Tout au long de sa carrière, qui a comporté cinq déploiements, dont trois en tant que SAC, elle affirme qu’elle n’aurait rien fait différemment.


Le Matc Silva s’est joint à la Marine royale canadienne en 2012. Recrutée à Winnipeg, au Manitoba, elle s’est engagée avec le désir de voir le monde.


“J’ai voyagé dans plus de 35 pays et je suis allée à Hawaï plus de 30 fois. Vous irez dans des endroits dont vous n’avez jamais rêvé.”


Maintenant que le RIMPAC 2022 est terminé, le MS Silva poursuit sa route avec le NCSM Vancouver alors que le navire se déploie dans le cadre des opérations PROJECTION et NEON, avant un retour prévu à Esquimalt au début de décembre.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Jeux Invictus 2023 - Dévoilement de l'équipe canadienne

Par Martin Zeilig Le Colonel Aaron Spott, commandant de la 17e Escadre, a déclaré qu'il n'a pas hésité une seconde lorsqu'on lui a demandé, il y a quelques mois, d'accueillir le camp d'entraînement de

Comments


bottom of page