top of page

En ce jour, nous nous souvenons

Malgré la température glaciale, une vingtaine de militaires et de civils se sont rendus sur le terrain enneigé du Diversity Garden le 6 décembre pour marquer la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.



Après quelques remarques préliminaires, le colonel Aaron Spott, commandant de la 17e escadre, a noué deux rubans autour d’un tronc d’arbre.


“Nous avons noué un ruban blanc en reconnaissance des hommes qui n’acceptent pas ou ne tolèrent pas la violence contre les femmes, et un ruban violet pour toujours reconnaître les femmes qui ont été tuées à Montréal”, a déclaré le Col Spott.


La Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes a été instituée par le Parlement du Canada en 1991 pour marquer l’anniversaire du meurtre, en 1989, de 14 femmes de l’École Polytechnique de Montréal, qui ont été tuées en raison de leur sexe, peut-on lire sur le site Web du MDN.


Le 6 décembre, nous nous souvenons :

- Geneviève Bergeron

- Hélène Colgan

- Nathalie Croteau

- Barbara Daigneault

- Anne-Marie Edward

- Maud Haviernick

- Maryse Laganière

- Maryse Leclair

- Anne-Marie Lemay

- Sonia Pelletier

- Michèle Richard

- Annie St-Arneault

- Annie Turcotte

- Barbara Klucznik-Widajewicz


“Alors que nous pleurons leur perte et nous souvenons de leurs vies, nous réaffirmons notre engagement à combattre la haine qui a mené à cette tragédie, et la misogynie qui existe encore aujourd’hui”, peut-on lire sur le site Web.


“Au Canada et dans le monde entier, les femmes, les filles et les personnes de sexe différent font face à une violence et une discrimination inacceptables.


“La Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes est aussi l’occasion d’agir pour créer des foyers, des communautés et des lieux de travail sûrs pour tous.


“Pour parvenir à un Canada exempt de violence sexiste, il faut que toutes les personnes vivant dans ce pays s’éduquent, ainsi que leurs familles et leurs communautés, sur la violence sexiste, en veillant à ce que les voix et les points de vue des personnes ayant une expérience vécue guident nos actions et s’élèvent contre les comportements nuisibles.”


Le major Lisa Nguyen, 17 MSS OC vol d’administration et présidente militaire de l’Organisation consultative des femmes de la Défense à Winnipeg, était reconnaissante que tout le monde, à tous les niveaux et à tous les grades, soit à l’écoute des préoccupations soulevées par les femmes des FAC.


“Cela montre leur engagement sincère à aller vers un changement de culture”, a-t-elle déclaré.


“C’est une excellente chose jusqu’à présent. J’espère que cela continuera à évoluer dans cette direction positive.”


Michelle Divorne, qui travaille au Centre de formation linguistique et qui est également la coprésidente civile de la DWAO, a ajouté qu’elle était heureuse de voir le nombre de personnes participant à la cérémonie au Jardin de la diversité pour marquer le 30e anniversaire.


“Lorsque nous regardons en arrière dans le temps, nous constatons que la violence est toujours très pertinente dans la société d’aujourd’hui”, a-t-elle déclaré. “Elle n’est toujours pas une pratique acceptable, quelle que soit la durée du temps”.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page