top of page

Les Rangers canadiens - nos yeux et nos oreilles dans les régions reculées du Canada.

Par Martin Zeilig

L'adjudant-maître Ash Degelman appelle les Rangers canadiens "les yeux et les oreilles du Nord, les capteurs de nos communautés nordiques et peu peuplées".


Cela fait partie de notre plan de défense, ajoute le sergent-major de la compagnie Charlie 4 CRPG, située au 2800 Saskatchewan Avenue.


"Grâce à leur connaissance intime du terrain, les Rangers canadiens sont les yeux et les oreilles de l'armée canadienne dans les régions éloignées du Canada et sont des guides, des conseillers et des enseignants pour le reste des Forces armées canadiennes, tout en fournissant des services de recherche et de sauvetage au sol, le cas échéant", peut-on lire sur le site Web du gouvernement du Canada.


"Les Rangers canadiens sont une organisation unique de l'armée canadienne dans laquelle des hommes et des femmes de plein air peuvent mettre à profit leurs capacités et expériences existantes, combinées aux compétences militaires acquises, pour constituer un échelon indispensable à la défense du Canada.


La compagnie Charlie est responsable des patrouilles au Manitoba et en Saskatchewan, explique l'Adjum Degelman, réserviste à temps plein, qui a été interviewé le 10 juin au QG de la compagnie Charlie.


Il ajoute qu'au Manitoba, il y a neuf patrouilles : Lac Brochet, Tadoule Lake, Lynn Lake, Churchill, Gilliam, Shamattawa First Nation, Snow Lake, Grand Rapids, Swan River.


"Au siège de la compagnie, nous nous occupons de toute la formation, de l'administration et de la logistique pour soutenir les Rangers dans nos communautés éloignées et isolées", a-t-il déclaré, tout en soulignant qu'il y a actuellement 220 Rangers et 14 employés à temps plein sous son commandement.


Il y a environ 5 000 Rangers au Canada.

"Les Rangers sont des réservistes de classe A, explique l'Adjum Degelman.


"Ils sont engagés à 100 % dans l'armée. Dans la compagnie Charlie, nous avons un groupe très diversifié. Certaines de nos patrouilles sont situées dans des réserves des Premières nations, d'autres dans des villes plus importantes. C'est un bon mélange.


Un processus de modernisation est en cours chez les Rangers (et dans les FAC en général), ajoute-t-il.


"Des éléments tels que la politique et le soutien général ont été examinés à grande échelle afin de les adapter à l'époque actuelle", a-t-il déclaré.


"En ce qui nous concerne, en tant qu'unité, nous avons été très occupés. L'année dernière, nous avons célébré le 75e anniversaire des Rangers canadiens. L'été dernier, nous avons participé à un échange de petites unités avec NorForce, une unité australienne très similaire aux Rangers canadiens.


"Nous accueillerons une unité de NORFORCE cet été dans le nord du Manitoba. Ensuite, nous avons eu une multitude d'exercices de petites patrouilles et d'exercices au niveau de la compagnie qui se poursuivent.


"J'aime la diversité des Rangers. Ce sont des gens formidables qui connaissent très bien le terrain et les régions environnantes. C'est un privilège et un honneur de travailler avec eux.


Un grand entrepôt est rattaché au QG de la compagnie Charlie. Il contient des uniformes, du matériel de camping, des véhicules, y compris des motoneiges, du matériel consommable et bien d'autres choses encore.


"Nous pouvons les équiper pour tout," explique l'Adjum Degelman lors d'une visite de l'entrepôt.


"Nous pouvons charger des camions et faire le tri ici.


"Des membres de la Force régulière ont rejoint les Rangers. Le fait d'être dans la brousse avec les troupes est ce qu'il y a de mieux dans ce travail".


Il n'y a pas de vie pareille.


Pour plus d'informations sur les Rangers, voir le site web du gouvernement du Canada.

2 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page