top of page

Re-orienting

Il y a quelques années, je suis revenu de 12 semaines de formation militaire de base des officiers (QMB(O)).  Quelle expérience ! Des mots comme " La Méga ", " Debout deux, debout deux ", " Oh, on va s'amuser à Farnham ", " Sentinelle, garde à droite " sont familiers aux initiés.  Pour certaines expériences de la vie, il n'y a pas de mots adéquats.  Et c'est peut-être là l'essentiel.  Les pelotons se forgent ensemble dans le creuset de stress et d'expériences communes telles que les séances d'entraînement matinales, les soirées passées à coudre d'innombrables étiquettes sur toutes les chaussettes et tous les articles de la troussese faire crier dessus pour faire l'exercice correctement, se précipiter pour trouver une machine à laver avant qu'elles ne soient toutes prises, escalader quotidiennement d'innombrables volées d'escaliers avec l’attirail de combat complet (ACC), échanger des rations RIC pendant les exercices sur le terrain, essayer frénétiquement d'accomplir des tâches afin de ne pas perdre de temps, et se rapprocher de son partenaire de l'équipe d'incendie dans les moments difficiles sont quelques exemples qui me viennent à l'esprit. Mais, que vous ayez suivi la formation de base ou non, avons tous fait l'expérience du stress et d'une activité frénétique dans notre vie.       

Le stress peut être bénéfique.  Il peut nous motiver.  Mais si vous êtes comme moi, je n'aime pas le stress inutile.  Pour moi, la paix consiste à m'asseoir dans une chaise Adirondack au bord d'un lac calme, à profiter des rayons chauds et à boire ma boisson préférée.  En fait, à bien y penser, entrer dans une profonde solitude et le silence, je veux dire le type qui va au-delà du "bronzage sur une plage tropicale" et qui s'engage sur les chemins anciens des pratiques spirituelles peut être difficile à faire.  Il est difficile d'accepter nos propres voix intérieures, de faire face à nos propres problèmes, nos propres voix intérieures, affronter nos démons intérieurs, porter un regard honnête et authentique sur nous-mêmes et être à l'écoute du divin. peut être une expérience difficile et potentiellement inconfortable. Cependant, je pense que dans notre monde moderne très actif, ce que nous recherchons souvent - les réponses dont nous avons besoin ne peut être trouvé que lorsque nous entreprenons de marcher sur ce chemin ancien et bien usée.   

Je vous invite donc à ralentir, à vous asseoir dans votre fauteuil, à prendre votre boisson préférée et à entrer dans cette histoire. Voici comment elle se présente :    

Il était une fois une femme qui cherchait à découvrir le sens de la vie. Elle commença par lire tout ce qui lui tombait sous la main : histoire, philosophie, psychologie, religion. Bien qu'elle soit devenue très intelligente, rien de ce qu'elle lisait ne lui donnait la réponse qu'elle cherchait. Elle a trouvé d'autres personnes intelligentes et les a interrogées sur le sens de la vie, mais bien que leurs discussions aient été longues et animées, aucun d'entre eux n'était d'accord sur la même chose et elle n'avait toujours pas de réponse. Finalement, elle a mis tous ses biens à l'abri et est partie à la recherche du sens de la vie. Partout où elle allait, les gens lui disaient qu'ils ne connaissaient pas le sens de la vie, mais qu'ils avaient entendu parler d'un homme qui le connaissait, qui vivait au fin fond de l'Himalaya, dans une toute petite hutte perchée sur le flanc d'une montagne, juste en dessous de la limite des arbres. Elle grimpa et grimpa encore pour atteindre sa porte d'entrée. Lorsqu'elle y est enfin parvenue, les jointures si froides qu'elles ne fonctionnaient presque plus, elle a frappé. "Oui ?" dit l'homme à l'air aimable qui lui ouvre. Extatique, elle s'est mise à parler. "Je suis venue de l'autre côté du monde pour vous poser une question", dit-elle, le souffle court. "Quel est le sens de la vie ?" "L'homme lui dit : "Entrez, je vous en prie, et prenez du thé. "Non, merci", dit-elle. "Je n'ai pas fait tout ce chemin pour du thé. Je suis venue chercher une réponse. Voulez-vous me dire, s'il vous plaît, quel est le sens de la vie ?" "Nous allons prendre le thé", dit l'homme, alors elle renonça et entra. Pendant qu'il préparait le thé, elle reprit son souffle et commença à lui parler de tous les livres qu'elle avait lus, de toutes les personnes qu'elle avait rencontrées, de tous les endroits où elle était allée. L'homme l'écouta et, pendant qu'elle parlait, il lui mit dans la main une tasse à thé fragile. Puis il a commencé à verser le thé. Elle était tellement occupée à parler qu'elle n'a pas remarqué que la tasse était pleine, et l'homme a continué à verser jusqu'à ce que le thé déborde de la tasse et se répande sur le sol en une cascade de vapeur. Elle s'est écriée "Qu'est-ce que tu fais ?" lorsque le thé lui a brûlé la main. "C'est plein, tu ne le vois pas ? Arrêtez ! Il n'y a plus de place !" "C'est ainsi", lui dit l'homme. "Tu viens ici pour me demander quelque chose, mais que dois-je faire ? Il n'y a plus de place dans ta tasse. Reviens quand elle sera vide et alors nous parlerons. 

Puissions-nous être déversés et ainsi nous ouvrir de plus en plus à la rencontre du divin. Puissions-nous faire le point sur nos occupations et créer un espace pour écouter nos questions profondes les plus pressantes.  

Puissions-nous prendre le temps, dans notre vie bien remplie, d'emprunter des chemins profonds et riches.  Et je suis persuadé que ce faisant, nous trouverons et serons même trouvés.   

*Histoire extraite de Brown-Taylor, Barbara.  "Re-orienting", Sermon de James York. 3 juin 2012 

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page