top of page

En l’honneur du Mois de l’histoire des Noirs

WO Lohanne Walker est née en Jamaïque. Benjamine d’une famille de neuf enfants, elle a grandi avec la responsabilité unique de s’occuper des chèvres et des poulets, ainsi que de planter et de récolter les patates douces, les ignames et les légumes. Sa maison en Jamaïque n’avait pas de plomberie intérieure, d’eau courante ou d’électricité. Le fait de grandir dans ces conditions a contribué à développer chez WO Walker un niveau de résilience et d’adaptabilité. Il était important pour chaque membre de la famille de contribuer et de faire de son mieux.


Portraits du Mois de l’histoire des Noirs. Photo : Cplc Darryl Hepner, Affaires publiques de la 17e Escadre, Winnipeg, Manitoba.

En 1983, la famille de l’adj Walker a immigré au Manitoba, et tous se sont préparés à affronter leur premier hiver à Winnipeg ! WO Walker et sa famille ont lentement commencé à s’adapter à leur nouvelle vie au Canada et, avec cela, ils ont pris conscience des nombreuses possibilités que le Canada avait à offrir.

“En 2006, j’ai décidé de m’enrôler dans l’armée et j’ai commencé à rendre à un pays qui m’avait offert tant de libertés dans le domaine des soins de santé, de l’éducation et du monde du travail.”

L’adj Walker a également été attirée par l’armée pour les possibilités de voyage, le défi de la formation de base et la possibilité de cultiver sa résilience et de redonner de multiples façons.

“Je me souviens d’avoir vu des militaires en uniforme et d’avoir pensé que cette personne se comportait de manière déterminée. Ils ont l’air vif et très professionnel dans leur uniforme.”

L’Adj Walker a d’abord été affectée à Cold Lake, à l’USFC (E) Allemagne et, actuellement, à Winnipeg. Elle travaille actuellement à l’Unité de transition des FAC Manitoba-Saskatchewan en tant que gestionnaire des ressources humaines.

En réfléchissant à ses expériences lors de l’entraînement de base, l’adj Walker se rappelle avoir été profondément surprise d’être la seule recrue noire de son peloton. “ Je me souviens d’avoir remarqué qu’un des sergents de notre peloton frère était noir. Quand je l’ai vu pour la première fois, je me suis sentie à l’aise en sachant qu’il y avait quelqu’un ici qui me ressemblait. C’est important parce qu’en tant que personne noire, j’ai parfois l’impression de ne pas être à ma place et que les gens me regardent différemment à cause de cela. Il peut être difficile de se sentir différent à cause de la peau que l’on a.”

Dans l’ensemble, son expérience à l’entraînement de base et tout au long de sa carrière dans l’armée a été extrêmement positive. Au fil des ans, l’Adj Walker a appris à avoir confiance en elle en tant que personne.

“J’ai compris que nous ne pouvons pas contrôler ce que les autres disent ou font. Nous avons tous des qualités particulières, des capacités et des expériences uniques qui nous permettent de contribuer à un objectif plus grand. Mon éducation en Jamaïque et au Canada, ainsi que les compétences que j’ai acquises dans l’armée, ont incontestablement façonné la personne que je suis aujourd’hui. “

L’adj Walker croit que les FAC prennent des mesures dans la bonne direction pour être plus inclusives et ouvertes à la diversité. Elle est très reconnaissante de pouvoir se coiffer à l’état naturel et apprécie énormément les efforts d’éducation déployés dans le cadre de différents cours, ainsi que l’établissement de différents groupes consultatifs de la Défense et les modifications apportées aux règlements vestimentaires. Les FAC deviennent progressivement un milieu de travail qui reflète davantage la société canadienne en général.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentarze


bottom of page