top of page

Une mine de richesses musicales

Le Capitaine Devin Sloos avoue qu’il y a “ quelques défis “ à relever en tant que nouveau commandant/directeur artistique de la Musique de l’ARC.


Le capitaine Devin Sloos. Crédit photo : 17 Wing Imaging

Ces défis ne devraient toutefois pas être difficiles à surmonter, a déclaré le Capt Sloos lors d’un entretien le 13 février.

Le Capt Sloos a pris le commandement de la Musique en juin 2022, succédant à l’ancien commandant, le Major (anciennement Capitaine) Chris Embree, qui travaille maintenant pour les normes et politiques liées à la musique au QG du MDN à Ottawa.

Six mois après avoir pris le commandement, le Capt Sloos a pris un congé de paternité de cinq mois. Sa femme venait de donner naissance à leur deuxième enfant.

Il n’avait repris le travail que depuis un mois au moment de l’entretien.

Le parcours musical du capitaine Sloo a commencé en sixième année à Oshawa, en Ontario, lorsqu’il a commencé à apprendre à jouer de la trompette avant de passer à l’euphonium au lycée. L’euphonium est un instrument de musique en laiton à valve qui ressemble à un petit tuba au diapason ténor et qui est joué principalement dans les orchestres militaires et les fanfares.

“J’ai rejoint les réserves à la fin du lycée”, explique le capitaine Sloos, dont l’épouse, Erika, est également musicienne professionnelle.

“J’ai obtenu mon diplôme de premier cycle en euphonium à l’université de Toronto et ma maîtrise en euphonium à l’Eastman School of Music de Rochester, dans l’État de New York. J’ai été commissionné à mon retour et je suis devenu directeur adjoint de mon unité de réserve, le NCSM York à Toronto.”

Puis, en 2017, il a remporté une audition pour devenir joueur d’euphonium dans la Force régulière.

“J’ai fait une Garde de cérémonie en tant que directeur adjoint de la musique cet été-là à Borden et quatre ans au CMR (Collège militaire royal) en tant qu’officier de musique.

Maintenant, je suis ici à Winnipeg”.

Il qualifie l’un des “défis” auxquels il est confronté de compliment à l’égard de l’orchestre.

“Nous avons beaucoup de talent”, affirme le capitaine Sloos.

Il mentionne en particulier les chanteurs du groupe : L’adjudant David Grenon et le sergent Cindy Scott.

Ils ont un public national et sont très demandés.

“Lorsque les Blue Jays de Toronto (l’équipe de baseball de la ligue majeure) se sont qualifiés pour les séries éliminatoires, ils ont demandé à l’Adj Grenon de chanter l’hymne national”, note le Capt Sloos.

Il a également fait remarquer que les autres orchestres de la Force régulière ont un partenaire.

Par exemple, la Marine royale canadienne a des fanfares à Victoria et à Halifax, tandis que l’Armée de terre a des fanfares à Edmonton et au Québec.

“La fanfare centrale d’Ottawa porte l’uniforme de l’armée de l’air, mais elle appartient en fait au vice-chef d’état-major de la défense”, explique le Capt Sloos.

“Elle travaille pour Ottawa. Nous sommes la fanfare de l’ARC et nous soutenons les efforts de l’armée de l’air au niveau national. Nous sommes très demandés par l’orchestre. Le public canadien adore ce que nous produisons.

“J’adore mon travail. D’un point de vue musical, c’est comme si je conduisais ma Ferrari tous les jours au travail. Vous voulez qu’elle fasse quelque chose. Le groupe a la capacité de faire n’importe quoi musicalement.


10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page