top of page

En l’honneur du Mois de l’histoire des Noirs

L’immigration n’est pas un processus simple. Non seulement il faut faire face aux difficultés de commencer une nouvelle vie dans un nouveau pays, mais les différences sociales et culturelles peuvent rendre l’adaptation ardue une fois que vous avez atteint votre nouveau foyer. Le Maj Hani Mustafa était au début de son adolescence lorsque sa famille a pris la décision d’immigrer au Canada depuis l’Arabie saoudite, où il est né et a grandi. Parlant de l’état d’esprit dans lequel il se trouvait en prévision de ce déménagement, Maj Mustafa a raconté : “ ... le degré d’adaptation, d’apprentissage et d’identification au nouveau mode de vie ici - le défi que cela représenterait - était complètement incertain, et il y avait donc de la peur au début. “ Heureusement, l’enfant de 13 ans n’était pas seul dans cette aventure. Ses parents, qui avaient déjà immigré au Moyen-Orient avant sa naissance depuis leur Soudan natal, ont donné l’exemple de la résilience à leurs enfants à travers cet immense défi. Leur courage et leur détermination sans faille ont permis à Maj Mustafa de tirer une leçon importante : “Après avoir vu les difficultés qu’ils ont traversées, cela nous a rappelé, à mes frères et sœurs et à moi, qu’il ne faut pas prendre la vie pour acquise et qu’il faut travailler dur pour gagner correctement sa vie.”


Portraits du Mois de l’histoire des Noirs. Photo : Cplc Darryl Hepner, Affaires publiques de la 17e Escadre, Winnipeg, Manitoba.

Cette philosophie a été inculquée au Maj Mustafa avant même leur deuxième immigration. Ses parents ont travaillé dur pour s’assurer que leurs enfants n’oublient pas leurs racines. Se remémorant les souvenirs d’enfance de leurs voyages pour voir leur famille au Soudan, Maj Mustafa a raconté : “Nous avons vu les difficultés que les gens devaient surmonter. Il y avait une guerre civile à l’époque, la conscription, et cela m’a appris une leçon importante, celle d’être autonome et d’avoir un moyen de subsistance stable, peu importe où l’on va.” Des décennies plus tard, cette leçon influencera sa décision de s’enrôler dans les Forces armées canadiennes (FAC). Il voyait dans l’armée un moyen stable de bien gagner sa vie. Sa passion de toujours pour l’aviation lui a permis de gravir les échelons en tant qu’officier du génie aérospatial, ce qui lui a ouvert de nombreuses possibilités dans son domaine.

La famille du Maj Mustafa a été son premier mentor ; ses sacrifices ont été le modèle du travail acharné et du dévouement dont il fait preuve dans sa carrière. De plus, ils lui ont enseigné l’importance de rechercher des perspectives expérimentées lorsqu’on fait face à de nouveaux défis. Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait se donner un conseil à lui-même au début de sa carrière, le Maj Mustafa a eu trois mots simples à offrir : “Cherchez un mentor”. Cela se reflétait également dans ses espoirs pour l’avenir des FAC. Bien qu’il ait noté l’amélioration considérable des efforts en matière de diversité, il a maintenu qu’il y avait encore des progrès à faire dans “ le système d’évaluation, le mentorat et le soutien aux membres d’une minorité visible, et plus particulièrement aux membres qui sont des immigrants nouvellement arrivés et qui ne connaissent pas bien la mentalité, la culture et le mode de vie de la population caucasienne du Canada “. Le mentorat est plus qu’un simple coup de pouce sur l’échelle du succès. Le fait d’avoir une personne à qui s’identifier alors que vous naviguez dans un environnement nouveau et intimidant peut changer votre vie, tout comme cela a été le cas pour lui.


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page