top of page

Vivre et faire face au SSPT

Scott Magnus n’offre pas de solutions faciles pour faire face au syndrome de stress post-traumatique, mais il a un message crucial à transmettre.

De l’aide est disponible.


Scott Magnus, agent de la GRC à la retraite Crédit photo : 17 Wing Imaging

Policier de la GRC à la retraite ayant 25 ans de service, M. Magnus, qui a quitté la force en 2019 après avoir reçu un diagnostic de SSPT, était le conférencier invité spécial de la journée Parlons-en de Bell dans le théâtre du bâtiment 90 (Centre des sports et des loisirs) le 25 janvier.

L’événement matinal, qui a attiré une cinquantaine de militaires et de civils, était parrainé par la Promotion de la santé des PSP.

M. Magnus a vécu des expériences d’opérations conjointes avec divers organismes, dont, entre autres, l’Op CAF, le SCRS, les groupes de renseignement MB-CAN, l’équipe verte de la police de la ville de Winnipeg.

Le sergent Michael Plummer, joueur de trompette dans la fanfare de l’ARC, a qualifié la conférence d’intéressante. “L’orateur était très vulnérable et ouvert, ce qui est important pour des conférences comme celle-ci “, a-t-il déclaré dans le foyer après la conférence. “Ne pas être vulnérable et laisser les autres l’être ne fonctionne pas. J’ai vraiment apprécié qu’il se soit ouvert jusqu’aux larmes. Cela nous permet de faire une introspection et de nous dire : “Peut-être que je lutte contre la même chose”. Ou alors, il parle peut-être de quelque chose dont je n’ai pas parlé.”

Diane Brine, responsable de la promotion de la santé, a exprimé des sentiments similaires. “Il a fallu du courage aux gens pour s’ouvrir (pendant la période de questions)”, a-t-elle déclaré. “Il a également fallu du courage à Scott pour partager (son histoire)”, a-t-elle observé. “J’ai été tout simplement stupéfaite par la quantité de courage”.

M. Magnus a déclaré qu’il était difficile d’identifier un incident ou un scénario qui aurait contribué à son SSPT. “Je sais qu’il y a eu un incident important qui a refait surface de temps à autre et auquel je’ y fais face lorsqu’il se produit”, a déclaré le natif de Winnipeg à la barbe épaisse lors d’une entrevue après sa conférence. Il a ajouté qu’il espérait que les membres de l’auditoire se laisseraient simplement aller à réaliser “qu’il est normal de ne pas être bien”. “Si nous ne nous sentons pas à 100 %, il existe des ressources qui nous permettent de reconnaître quand nous ne sommes pas bien”, a déclaré M. Magnus. “C’est normal de tendre la main et il y a beaucoup de gens qui peuvent vous aider. Ma thérapie principale est une bonne séance d’entraînement intensif, ainsi qu’une thérapie cognitive, à laquelle j’ai eu la chance d’avoir accès par l’entremise de la Clinique pour traumatismes liés au stress opérationnel d’Anciens Combattants Canada au Centre Deer Lodge.”

M. Magnus a également avoué qu’il a des séances individuelles avec des psychologues et des psychiatres. “J’ai pris des médicaments, ce qui a également été bénéfique”, a-t-il ajouté. “Il s’agit d’apprendre à être attentif et à utiliser les outils qui sont disponibles grâce à OSI et à mes propres expériences individuelles.”

Il a également ajouté que c’était un privilège d’avoir été avec la communauté de la 17e Escadre. “C’est une leçon d’humilité”, a-t-il déclaré. “La gratitude et l’appréciation pour les sacrifices faits ici sont incommensurables. Je suis très reconnaissant, et j’espère qu’une petite partie de ce que j’ai partagé sera utile à quelqu’un plus tard.”


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page